LSD
336 Visualisations

CGnm

S : OMS – https://apps.who.int/iris/handle/10665/185555 (consulté le 7.11.2020) ; INSERM – http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/8108/MS_2013_04_430.html?sequence=7&isAllowed=y (consulté le 7.11.2020).

N : 1. L.S.D. : lysergamide ou lysergide. nom masculin.
XXe siècle. Composé à l’aide de lyse, ergot et amide.
Hallucinogène obtenu par synthèse et qu’on trouve aussi dans l’ergot de seigle. Le lysergide, utilisé par certains toxicomanes, peut engendrer des troubles psychiques durables.
On utilise couramment le sigle d’origine allemande L.S.D. (Lysergik Saüre Diethylamide).
Le LSD fut découvert par le chimiste suisse Albert Hofmann à partir de l’acide lysergique, un alcaloïde synthétisé par un champignon parasite.
2. LSD25 : Diéthylamide de l’acide lysergique extrait de l’ergot de seigle, appelé couramment LSD. Liquide incolore, consommé par voie orale, conservé imbibé sur des morceaux de buvard, psychodysleptique par action préférentielle à doses infimes sur les récepteurs sérotoninergiques.
Chef de file des hallucinogènes, servant de référence pour évaluer l’action des autres hallucinogènes. Son action est induite par une tolérance rapide et brève qui est croisée avec celle de la mescaline et de la psilocybine, mais pas avec le cannabis ni les amphétamines. Il entraîne une dépendance psychologique mais pas de dépendance physique. Les sujets qui en consomment recherchent le « voyage » et l’expérience psychédélique. Par la suite, peut survenir un flashback, vécu hallucinatoire, sans reprise de LSD.
Les complications sont d’ordre psychiatrique : épisodes schizophréniformes, décompensations dépressives, troubles mnésiques, comportement passif.
3. Le terme acide fait partie de la langue argotique.
4. Cette substance a été le vingt-cinquième des dérivés de l’acide lysergique obtenus, d’où la désignation fréquente du produit comme LSD 25.
5. Interrelation culturelle: Nous pouvons mentionner, entre autres, le livre « LSD, mon enfant terrible » écrit par le chimiste suisse Albert Hofmann (1906-2008).

S : 1. DAF – https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9L1455-A (consulté le 5.11.2020) ; GDT – http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8873859 (consulté le 7.11.2020). 2. DAM – http://dictionnaire.academie-medecine.fr/index.php?q=LSD (consulté le 7.11.2020). 3 et 4. GDT – http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8873859 (consulté le 7.11.2020). 5. Babelio – https://www.babelio.com/auteur/Albert-Hofmann/99599 (consulté le 7.11.2020).

SYN : 1. lysergamide, lysergide. 2. diéthylamide de l’acide lysergique, acide lysergique diéthylamide, diéthylamide de l’acide d-lysergique, LSD 25.

S : 1. DAF – https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9L1455-A (consulté le 5.11.2020). 2. GDT – http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8873859 (consulté le 7.11.2020).

RC : addiction, cannabis, cocaïne, drogue, hallucinogène, médicament, méthylènedioxyméthamphétamine, narcotique, opium, pharmacologie, principe actif, stupéfiant, surdose, toxicomane, toxicomanie, trafiquant de drogue.