toxicomanie
336 Visualisations

CG : nf

S : INSERM – https://www.inserm.fr/information-en-sante/expertises-collectives/conduites-addictives-chez-adolescents (consulté le 25.06.2020) ; MSS – https://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/addictions/article/la-reduction-des-risques-et-des-dommages-chez-les-usagers-de-drogues (consulté le 25.06.2020).

N : 1. Du grec toxicon : poison pour les flèches ; mania : démence.
2. Consommation compulsive de toxiques, drogues ou mêmes des médicaments psychotropes détournés de leur indication, avec une forte pulsion à répéter cette consommation, associée ou non à un besoin physique d’éviter les symptômes du sevrage et-ou à un désir intense de retrouver des effets considérés comme agréables. Certaines de ces substances sont souvent appelées drogues illicites, mais ce terme ne convient pas en médecine car il correspond à une distinction juridique, variable selon les pays et, dans le même pays, selon les décisions successives de l’Autorité gouvernementale.
3. Généralement cet usage s’accompagne de phénomènes de tolérance de doses de plus en plus importantes et d’addiction, dépendance vis-à-vis du toxique dont la suppression entraîne un besoin impérieux de consommation accompagné de manifestations viscérales douloureuses (syndrome «de manque»).
4. Sont utilisées par les toxicomanes de nombreuses substances psychotropes : alcool, éther, substances hallucinogènes, benzodiazépines, barbituriques, amphétamines, cannabinoïdes, cocaïne, morphine et ses dérivés dont l’héroïne etc. D’une manière générale l’action psychotrope de ces substances entraîne souvent une déchéance physique et morale avec inappétence, conduisant à la dénutrition et au marasme. Elle favorise des actions irraisonnées qui peuvent engendrer des traumatismes, des contaminations sexuelles, voire des suicides.
5. Les effets des psychotropes dépendent évidemment de leur nature et de leurs propriétés spécifiques :
– les opiacés entraînant une dépression respiratoire, de sorte que l’administration d’une forte dose (surdose) est la cause d’arrêts respiratoires rapidement mortels ;
– l’alcool et les anesthésiques volatils (éther, trichloréthylène etc.) sont à l’origine de lésions cirrhotiques du foie ;
– la cocaïne a des effets cardiovasculaires toxiques sur le cerveau et le cœur, elle peut être la cause de malformations du fœtus in utero.

6. En cas d’utilisation de la voie intraveineuse, les risques de contamination bactérienne ou virale (VIH ou hépatite B) sont importants.
7. La toxicomanie peut s’accompagner de tolérance et de syndrome de sevrage. Cependant ces données ne suffisent pas à faire de ces personnes des toxicomanes : elles en font seulement des sujets dépendants. En effet, des malades traités par des opiacés pour une douleur peuvent développer une tolérance aux opiacés et présentent au moment de la suspension un syndrome de sevrage, sans pour autant éprouver le désir impérieux de se soumettre à l’action d’opiacés. C’est le mouvement du sujet vers le toxique qui provoque la toxicomanie. Le toxique détermine l’intoxication. La toxicomanie comporte donc la notion de perte de maîtrise de soi du sujet ce qui se traduit par la répétition de la consommation en dépit des conséquences manifestement nocives.
8. De façon étiologique, la toxicomanie apparaît comme le résultat de phénomènes complexes, biopsychosociaux, qui interagissent pour favoriser l’éclosion et le maintien de ce comportement.
8. Pharmacologie > Toxicomanie : Dépendance à la drogue en raison d’une consommation excessive et répétée de celle-ci.
Sont considérés comme des drogues, entre autres, l’alcool, les substances illicites et les substances médicamenteuses, en raison de leur action exercée sur le système nerveux.
9. Aujourd’hui, on trouve […] une unanimité parmi les auteurs, médecins et psychanalystes, autour de la reconnaissance du sens de dépendance comme étant le trait essentiel de la toxicomanie. C’est ce qui, dans le domaine de la médecine, a amené l’OMS […] à abandonner le terme « toxicomanie » en faveur de « pharmacodépendance », qui a été ainsi définie : «État psychique et quelquefois également physique résultant de l’interaction entre un organisme vivant et un médicament, se caractérisant par des modifications du comportement et par d’autres réactions, qui comprennent toujours une pulsion à prendre le médicament de façon continue ou périodique afin de retrouver ses effets psychiques et quelquefois d’éviter le malaise de la privation. Cet état peut s’accompagner ou non de tolérance. Un même individu peut être dépendant de plusieurs médicaments.»

S : 1 à 7. DAM – http://dictionnaire.academie-medecine.fr/index.php?q=toxicomanie (consulté le 25.06.2020). 8. GDT – http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=26529035 (consulté le 25.06.2020). 9. TERMIUM PLUS – https://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2alpha/alpha-eng.html?lang=eng&i=1&srchtxt=DRUG+ADDICTION&codom2nd_wet=1#resultrecs (consulté le 25.06.2020).

SYN : 1. addiction. 2. pharmacodépendance.

S : 1. DAM – http://dictionnaire.academie-medecine.fr/index.php?q=toxicomanie (consulté le 25.06.2020). 2. TERMIUM PLUS – https://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2alpha/alpha-eng.html?lang=eng&i=1&srchtxt=DRUG+ADDICTION&codom2nd_wet=1#resultrecs (consulté le 25.06.2020) ; DAM – http://dictionnaire.academie-medecine.fr/index.php?q=toxicomanie (consulté le 25.06.2020).

RC : amphétamine, désintoxication, drogue, fentanyl, LSD, méthylènedioxyméthamphétamine, opium, surdose, toxicomane, trafic de stupéfiants, trafiquant de drogue, trouble.