rage
636 Visualisations

CG : nf

S : INSERM – https://cesp.inserm.fr/fr/les-equipes/francine-kauffmann/productions-scientifiques-et-ressources/fk-theses/4266-these-rage-estelle-fr-fr.html (consulté le 14.12.2013) ; OMS – http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs099/fr/ (consulté le 9.12.13).

N : 1. XIe siècle. Issu, par l’intermédiaire du latin populaire rabia, du latin rabies, de même sens.
I. PATHOL. 1. Maladie contagieuse d’origine virale, très fréquemment mortelle, affectant certains mammifères, comme le renard, le chien, le chat, qui la transmettent à l’homme par morsure. Pasteur fut le premier à pratiquer, en 1885, la vaccination contre la rage. 2. Loc. Rage de dents, très violent mal de dents.
II. Fig. 1. Transport de dépit, de colère, de haine, de cruauté, etc. porté au plus haut degré. 2. Fam. Passion violente à laquelle on ne peut résister, penchant outré ; volonté farouche et opiniâtre.
2. Maladie infectieuse spontanément mortelle, due à un virus à ARN, appartenant au genre Lyssavirus et à la famille des Rhabdoviridae.
3. La rage est une zoonose des vertébrés (rage sauvage des carnivores ou rage sylvatique, rage canine ou rage urbaine, rage des chiroptères), accidentellement transmise à l’homme par la salive d’un animal enragé à l’occasion d’une morsure ou d’une griffade. Après une incubation longue, de 10 jours à plusieurs mois, la maladie se manifeste sous forme d’une méningo-encéphalite diffuse, réalisant soit le tableau de la rage furieuse (excitation psychomotrice, spasme hydrophobique, paralysies cardiorespiratoires), soit celui de la rage paralytique. Des cas ont été décrits de rage contractée à la suite de greffe de cornée. Non traitée, l’évolution est toujours mortelle en quelques jours. Le traitement, après exposition, est réalisé dans un Centre antirabique et repose sur plusieurs injections rapprochées de vaccin, seul ou associé à l’injection d’immunoglobulines spécifiques. Il n’a aucune efficacité si la rage s’est déjà déclarée. Une vaccination preventive est préconisée pour les professions à risque.
4. La rage est une zoonose (une maladie transmise de l’animal à l’homme) d’origine virale. Le virus de la rage infecte des animaux domestiques et des animaux sauvages et est transmis à l’homme par la salive des animaux infectés lors d’une morsure ou d’une égratignure.
5. Maladie infectieuse et contagieuse, grave, causée par un virus de la famille des Rhabdoviridae (genre Lyssavirus), qui peut affecter tous les animaux à sang chaud – y compris l’homme – et qui se transmet par morsure.
6. La rage est caractérisée par une période d’incubation relativement longue, ce qui en permet le traitement. Mais, en l’absence de traitement, elle se traduit par une méningo-encéphalite irréversible, fatale dans 100 % des cas.
7. Cooccurrences ou collocations dans le domaine médical :

  • attraper, prendre la rage ; être atteint de la rage.

8. Interrelation culturelle : Nous pouvons mentionner le physicien, biologiste et chimiste français Louis Pasteur (1822-1895) et la vaccination contre la rage (1885).

S : 1. DAF. 2 et 3. DAM. 4. OMS – http://www.who.int/topics/rabies/fr/ (consulté le 9.12.13). 5 et 6. GDT. 7. DC – http://www.btb.termiumplus.gc.ca/cooc-srch?lang=fra&srchtxt=rage&i=1&cur=1&nmbr=12&comencsrch.x=0&comencsrch.y=0 (consulté le 9.06.2015). 8. https://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/espace-presse/documents-presse/la-rage-dossier-presse/louis-pasteur-et-la-vaccination-contre-la-rage (consulté le 28.07.2014) ; FCB.

SYN : hydrophobie (en fonction du contexte)

S : OMS – http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs099/fr/ (consulté le 9.12.13)

RC : hydrophobie, vaccin, zoonose.