COVID-19
249 Visualisations

CG : nf

S : OMS – https://www.who.int/fr/health-topics/coronavirus#tab=tab_1 (consulté le 8.10.2022) ; SPF – https://www.santepubliquefrance.fr/dossiers/coronavirus-covid-19 (consulté le 8.10.2022).

N : 1. Sigle issu de l’anglais COronaVIrus Disease appeared in 2019 (Covid-19).
. Le terme «COVID-19» est de genre féminin, étant donné que le «D» de «COVID» désigne le mot de base «disease» («maladie» en français).
2. Syndrome respiratoire aigu, ayant émergé en Chine en 2019, dû au Betacoronavirus SARS-CoV-2
Complément : La maladie, relativement proche du SRAS (dû au SARS-CoV-1), a émergé dans la ville de Wuhan (province de Hubei, Chine) en novembre 2019 avant de se propager aux autres province chinoises puis sur tous les continents sous la forme d’une pandémie.
3. La durée d’incubation est évaluée entre 7 et 14 jours (probablement entre 5 et 10 jours). La maladie associe de la fièvre, une toux persistante, une gêne respiratoire, rarement une détresse respiratoire conduisant à l’admission en service de réanimation (surtout chez des personnes âgées) ; ces pneumopathies virales graves sont souvent accompagnées de surinfections microbiennes ou mycosiques. De nombreuses atteintes viscérales peuvent venir compliquer l’évolution, en particulier une insuffisance rénale sévère. La mortalité serait de l’ordre de 2%.
4. Toutefois, les cas bénins ou asymptomatiques semblent très nombreux. La maladie clinique demeure plus rare chez les enfants et les adolescents. Complexe, la réponse immunitaire liée à cette infection est encore mal connue. Les premiers anticorps circulants apparaissent entre quatre et quinze jours, le pic étant atteint au bout de quelques semaines avant de chuter en quelques mois voire plus tôt. La protection acquise semble très variable selon les sujets ; des cas de réinfection quelques semaines ou mois après la primo-infection ont été décrits. Des tests de diagnostic rapide ont été rapidement élaborés et des recherches sont entreprises pour la mise au point de traitements spécifiques et de vaccins.
5. La transmission d’homme à homme par voie respiratoire est avérée ; ce virus présente un fort pouvoir de contagion. Le port systématique d’un masque, en toute circonstance ou seulement dans les lieux clos, suivant les pays et les situations épidémiologiques, est imposé. L’épidémie a été classée comme « urgence de santé publique de portée internationale » au regard du Règlement sanitaire international et, pour tenter de limiter la dissémination du virus, de nombreux pays ont institué des mesures de confinement, des mises en quarantaine de voyageurs et, plus globalement, de fortes restrictions nationales et internationales des déplacements des personnes et des biens, notamment pour ce qui concerne les vols internationaux, avec d’importantes conséquences économiques.
6. Affection zoonotique potentiellement mortelle causée par le SRAS-CoV‑2, qui se manifeste, après une période d’incubation maximale de deux semaines, par de la toux, de l’essoufflement et, parfois, par de la fièvre et des symptômes gastro-intestinaux, et qui peut évoluer vers une insuffisance respiratoire et des complications cardiaques.
7. Le terme COVID‑19 (de coronavirus disease 2019) est la désignation officielle retenue en février 2020 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
On constate une hésitation dans le genre attribué au terme COVID‑19, probablement à cause de la confusion entre la dénomination du virus (SRAS-CoV‑2, masculin) et celle de la maladie (COVID‑19, féminin). Les sigles étrangers prennent généralement le genre qu’aurait en français le mot de base qui les compose (voir, à ce sujet, l’article de la Banque de dépannage linguistique intitulé Genre et nombre des sigles et acronymes). En vertu de cette règle, COVID‑19 est de genre féminin, car dans la forme longue du terme français, maladie à coronavirus 2019, le mot de base est maladie.
Lors de l’apparition de cette maladie, avant même que le virus ne soit identifié, les médias, notamment, utilisaient également le terme pneumonie de Wuhan, traduction du terme qui était alors employé en Chine. Ce terme, jugé inadéquat, a graduellement été remplacé dans l’usage par les appellations officielles de l’OMS, à savoir, COVID‑19 et maladie à coronavirus 2019.

S : 1. DAM – http://dictionnaire.academie-medecine.fr/search/results?titre=Covid-19 (consulté le 8.10.2022) ; TERMIUM PLUS – https://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2alpha/alpha-eng.html?lang=eng&i=1&srchtxt=COVID-19&index=alt&codom2nd_wet=1#resultrecs (consulté le 8.10.2022). 2 à 5. DAM – http://dictionnaire.academie-medecine.fr/search/results?titre=Covid-19 (consulté le 8.10.2022). 6. GDT – https://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=26557671 (consulté le 8.10.2022).

SYN : maladie à coronavirus 2019

S : GDT – https://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=26557671 (consulté le 8.10.2022) ; TERMIUM PLUS – https://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2alpha/alpha-eng.html?lang=eng&i=1&srchtxt=COVID-19&index=alt&codom2nd_wet=1#resultrecs (consulté le 8.10.2022).

RCamplification en chaîne par polymérase, anosmie, anticorps, coronavirus, immunité collective, immunoglobuline G, immunoglobuline M, incidence, lymphocyte T, maladie, prévalencequarantaine, sérologie, test sérologique, virus.