peste
612 Visualisations

CG : nf

S : OMS – http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs267/fr/ (consulté le 28.02.2016) ; INSERM – http://www.inserm.fr/thematiques/microbiologie-et-maladies-infectieuses/dossiers-d-information/la-resistance-aux-antibiotiques (consulté le 8.12.2013).

N : 1. Du lat. pestis : fléau. Alexandre Yersin, bactériologue franco-suisse (1863-1943), découvrit le bacille de peste Pasteurella pestis, appelé Yersinia pestis en son honneur.
2. Maladie infectieuse aigüe, contagieuse et épidémique, due à une bactérie, Yersinia pestis.
3. Cette zoonose, dont le réservoir est représenté par les petits rongeurs sauvages et domestiques, est transmise à l’homme par la piqure de puces. Une transmission interhumaine est possible, au cours d’une épidémie, en cas de peste pulmonaire. Cette maladie sévit surtout en milieu rural, en Asie Centrale, en Inde, en Chine, au Vietnam, en Afrique de l’Est, en Amérique du Sud. On distingue deux formes cliniques :

  • la peste bubonique, caractérisée par la présence d’un bubon (adénopathies localisées, douloureuses avec périadénite, évoluant rapidement vers la suppuration) et d’un état infectieux grave,
  • la peste pulmonaire, réalisant une pneumopathie aigüe dyspnéisante fébrile et contagieuse.

Ces deux formes s’accompagnent souvent d’une bactériémie. En l’absence d’antibiothérapie (tétracyclines, quinolones, aminosides, triméthoprime-sulfaméthoxazole, rifampicine), la mort survient en quelques jours, dans la majorité des cas. Le diagnostic de peste est clinique et bactériologique.
Une épidémie de peste exige la mise en place de mesures de prévention très strictes.
4. L’affection, en constante régression, se manifeste sous trois formes : la peste bubonique, caractérisée par l’importance des suppurations ganglionnaires; la peste pulmonaire, très contagieuse et d’évolution sévère, et la peste septicémique, d’une très grande gravité. La déclaration de la maladie est obligatoire, la prophylaxie par vaccination réalisable.
5. Le traitement des patients atteints de peste fait appel aux antibiotiques (streptomycine, chloramphénicol, tétracyclines). Pour être efficaces, ils doivent impérativement être débutés précocement, notamment en cas de peste pulmonaire. La maladie évolue alors le plus souvent de façon favorable.
6. Le réservoir naturel de la peste est constitué de plusieurs centaines d’espèces de rongeurs sauvages et domestiques. L’homme est contaminé habituellement par la piqûre de puces qui se sont infectées principalement sur des rats. L’infection peut aussi se transmettre par voie aérienne lors de l’inhalation de la bactérie ou d’homme à homme (transmission interhumaine) par l’intermédiaire de gouttelettes respiratoires. La manipulation des corps de personnes décédées de peste constitue un autre mode de contamination possible.
7. La peste prend trois formes principales chez l’homme : la peste bubonique, transmise par la piqûre de puces infectées ; la peste pulmonaire, susceptible d’être transmise d’une personne à l’autre suite à l’inhalation de gouttelettes respiratoires propagées par une personne ou un animal infectés et la peste septicémique, qui se produit quand la bactérie se multiplie dans le sang.
8. Si la bactérie devait être utilisée dans une attaque en aérosol, les victimes pourraient développer une peste (pulmonaire). Une fois que des gens ont la maladie, celle-ci peut se propager à d’autres personnes qui ont un contact proche avec eux.
Aux États-Unis, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont inscrit cette maladie sur la liste d’armes biologiques (de catégorie A) susceptibles d’être utilisées par des terroristes.
9. Désambiguïsation terminologique : plague = peste (ES), peste; pest = plaga (ES), plague; black plague ou bubonic plague = peste bubónica (ES), peste bubonique; Black Death = peste negra (ES), peste noire; white plague = tuberculosis (ES), tuberculose.
10. Interrelation culturelle : Nous pouvons mentionner, entre autres, La peste (1947) d’Albert Camus (1913-1960), L’Œuvre au Noir (1968) de Marguerite Yourcenar (1903-1987) et Peste et Choléra (2012) de Patrick Deville.

S : 1. DAM (consulté le 28.07.2014) ; FCB. 2 et 3. DAM (consulté le 28.07.2014). 4. GDT (consulté le 28.07.2014). 5. Le figaro.fr. – http://sante.lefigaro.fr/sante/maladie/peste/quel-traitement (consulté le 12.11.2013)
6. Le figaro.fr – http://sante.lefigaro.fr/sante/maladie/peste/quel-mode-contamination (consulté le 12.11.2013). 7 et 8. TERMIUM PLUS (consulté le 12.11.2013). 9. COSNAUTAS (consulté le 17.04.2016) ; FCB. 10. MCC – http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/En-continu/Hommage-Albert-Camus-ecrivain-de-l-action (consulté le 27.07.2014) ; http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio/L-OEuvre-au-Noir (consulté le 28.07.2014) ; http://www.lexpress.fr/culture/livre/peste-cholera-par-patrick-deville_1140572.html (consulté le 28.07.2014) ; FCB.

SYN :
S :

RC : hémoptysie, organisme nuisible, pesticide, pou, puce, tuberculose, yersiniose.