carnitine
489 Visualisations

CG : nf

S : OMS – http://apps.who.int/rhl/newborn/reviews/cd000950/fr/index.html (consulté le 26.10.2016) ; VULG – http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/carnitine (consulté le 21.10.2016) ; CATIE – http://www.catie.ca/fr/feuillets-info/vitamines-supplements/acetylcarnitine-carnitine (consulté le 21.10.2016 ).

N : 1. Du latin carno, carnis : chair (originellement morceau de chair).
2. Bétaïne-triméthylique de l’acide β-hydroxy-γ-aminobutyrique.
3. La carnitine a été isolée de la viande rouge en 1905 et synthétisée en laboratoire dès 1927. Malgré des études intensives menées durant les années 1930, ce n’est que dans la seconde moitié du XXe qu’on a compris son rôle de transporteur de lipides dans les cellules. Lorsqu’en 1973 les premiers cas de carence en carnitine ont été décrits dans les revues médicales, des experts ont voulu attribuer à cette substance la qualité de vitamine essentielle puisque certaines personnes avaient besoin d’un apport supplémentaire afin de maintenir une bonne santé. D’autres s’y sont opposés en faisant remarquer que, normalement, l’organisme synthétise lui-même la carnitine dont il a besoin, ce qui ne peut être le cas d’une vitamine. Ce débat se poursuit encore aujourd’hui. Pour sa part, Santé Canada la considère comme un acide aminé. Ce sont principalement les culturistes qui ont recours à la carnitine dans l’espoir de réduire leur masse graisseuse tout en augmentant leurs performances et leur vitesse de récupération après l’effort, mais ces effets n’ont pas encore été démontrés.
4. La carnitine est présente dans toutes les cellules où elle joue un rôle dans le métabolisme des acides gras: la combinaison acylcarnitine en équilibre avec l’acylcoenzyme A permet le passage du cytoplasme à l’intérieur des mitochondries et alors son oxydation génératrice d’ATP. Sa concentration dans le muscle est donc particulièrement importante (16 mmol/mg de protéine). Elle est un facteur de croissance pour certains insectes (tels Tenebrio molitor, le ver de la farine, et les termites), d’où le nom de vitamine Bg qui lui a été donné.
5. Le déficit en carnitine est susceptible de provoquer une maladie grave des muscles : la myopathie.
En effet, certains types de myopathie sont dus à un déficit héréditaire en carnitine : le déficit en carnitine entraîne une accumulation de lipides dans les muscles, ayant pour conséquence un blocage de la commande nerveuse des muscles. Plus précisément le déficit en carnitine entraîne, chez certains patients, une destruction des cellules musculaires (nécrose des muscles) et une myoglobinurie (présence de myoglobine à l’intérieur des urines). On constate d’autre part à la suite de cette nécrose musculaire, des dépôts graisseux à l’intérieur du muscle (accumulation de lipides).
6. La carnitine est également une substance utilisée par certains sportifs dans un but de pseudo-dopage, souvent associée à la créatine et à des acides aminés. Aucune preuve n’a été faite de l’intérêt d’utiliser de telles substances pour aboutir à de meilleurs résultats lors des compétitions.

S : 1 et 2. DAM – https://goo.gl/oXBsa5 (consulté le 21.10.2016). 3. PasseportSanté.net – https://goo.gl/RmFQVi (consulté le 21.10.2016). 4. DAM – https://goo.gl/oXBsa5 (consulté le 21.10.2016). 5 et 6. VULG – https://goo.gl/8pe8kC (consulté le 21.10.2016)

SYN : vitamine Bt (dans certains contextes)

S : GDT – http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=17491283 (consulté le 26.10.2016)

RC : acide aminé, alanine, mitochondrie, ubiquitine.