ulcère
675 Visualisations

CG : nm/nf

S : ICRC – https://www.icrc.org/fre/assets/files/other/irrc-877-josse-fre.pdf (consulté le 2.12.2014) ; CNRS – http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00976727/document (consulté le 5.12.2014).

N : 1. 1314 masc. et fém. « lésion du tissu cutané » (Chirurgie de Henri de Mondeville, éd. A. Bos,1606, t. 2, p. 75 ;1496, t. 2, p. 49) ; 1588 empl. p. image (Montaigne, Essais, III, 2, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 806: Le vice laisse comme un ulcère en la chair). 1812 bot. les ulcères des plantes (Mozin-Biber). Empr. au lat.ulcus, eris « ulcère, plaie »; fig. « plaie du cœur, blessure morale ». Cf. l’a. prov. ulcera (ca 1300 ds Levy Prov.).
2. Perte de substance spontanée ne tendant pas à la cicatrisation normale. Localisé à la surface d’un organe ou d’un tissu revêtu d’un épithélium, l’ulcère est créé par l’élimination du tissu nécrotique d’un foyer inflammatoire superficiel. Trois localisations sont habituelles: muqueuse buccale, gastrique ou intestinale; extrémités distales des sujets âgés ayant des troubles circulatoires; col utérin, vagin. Deux stades sont décrits: aigu avec signes d’inflammation aigüe dans les parois et sur le fond ou socle de l’ulcère; chronique, avec, sur les bords, présence d’une régénération épithéliale, et sur le fond un aspect cicatriciel conjonctif.
3. Perte de substance cutanée ou muqueuse dont le siège, la forme et l’aspect varient avec la nature du processus causal.
Perte de substance d’un revêtement épithélial cutané ou muqueux sans tendance à la cicatrisation spontanée.
Plaie ; perte progressive et localisée de substance à la surface de la peau ou d’une muqueuse résultant d’une irritation ou d’une maladie.
4. Les ulcères du tube digestif (de l’estomac en particulier) sont de deux sortes : l’ulcère rond ou peptique est primitif, il est dû à un trouble trophique de la paroi stomacale dont l’origine est obscure, l’ulcère secondaire ou symptomatique est quant à lui provoqué par des traumatismes, des corps étrangers, certaines infections spécifiques ou l’alimentation. Il en est de même avec les ulcères de l’intestin qui peuvent être primitifs ou secondaires. Les ulcères peuvent se creuser jusqu’à provoquer une perforation de l’organe.
5. Le latinisme ulcus, réintroduit en français sous l’influence de chirurgiens de langue allemande, ne se justifie pas.
6. Le terme « ulcère » a été privilégié par le Comité de sémiologie médicale.
7. Combinaison (structure qualitative) : mangé d’ulcères : couvert d’ulcères.
8. Typologie et combinaisons de mots : Ulcère duodénal, gastrique, gastro-duodénal ; ulcère de la cornée, du duodénum, de l’estomac, de la face, de la peau, du poumon; ulcère peptique ; ulcère amibien, artérioscléreux, athéromateux, atonique, calleux, cratériforme, malin, tuberculeux, variqueux ; rongé d’ulcères ; avoir un ulcère à l’estomac.
9. Interrelation culturelle : Nous pouvons mentionner le Prix Nobel de Médecine ou Physiologie 2005 décerné au Professeur Barry J. Marshall et
au Dr J. Robin Warren le samedi 10 décembre 2005 pour « La découverte de la bactérie Helicobacter pylori et son rôle dans la gastrite et la maladie ulcéreuse » présenté par le Professeur Staffan Normark de l’Assemblée Nobel de l’Institut Karolinska, Stockholm.

S : 1. CNRTL – http://goo.gl/0fdW4p (consulté le 5.12.2014). 2. DAM – http://goo.gl/B42jDp (consulté le 5.12.2014). 3 à 5. GDT (consulté le 5.12.2014). 6. TERMIUM PLUS (consulté le 5.12.2014). 7. DCZ p. 1256. 8. CNRTL – http://goo.gl/uI4I3V (consulté le 29.04.2016). 9. http://www.cnrch.u-bordeaux2.fr/wp-content/uploads/2011/03/CNRCH-Prix-Novel-Medecine-2005-Presentation-Prof-Normark.pdf (consulté le 2.05.2016).

SYN :
S :

RC : blessure à vif, plaie ouverte, ulcère de Buruli, ulcéreux, -euse.