phlyctène
560 Visualisations

CG : nf

S : BRU – https://urlz.fr/8amm (consulté le 8.11.2018) ; DrDP – https://urlz.fr/8amg (consulté le 8.11.2018).

N : 1. XVIIIe siècle. Emprunté du grec phluktaina, « cloque, ampoule, pustule ».
Pathol. Vésicule emplie d’une sérosité qui peut contenir du sang et qui soulève l’épiderme (on dit aussi Bulle). Les ampoules et les cloques sont des phlyctènes.
2. Soulèvement d’un petit territoire épidermique sur les couches plus profondes de la peau, dessinant une saillie, et réalisant ainsi une bulle qui contient un liquide variable : séreux, hémorragique, purulent, etc.
3. Une phlyctène peut notamment être causée par :

  • Frottement intense.
  • Froid (gelures).
  • Chaleur (brûlure, coup de soleil).
  • Contact avec une substance chimique corrosive.
  • Toxidermie (réaction allergique parfois secondaire à des médicaments : barbituriques, sulfamides, pénicilline).
  • Photo-dermatose (grande sensibilité à la lumière).
  • Maladie infectieuse due au streptocoque ou au staphylocoque (impétigo).
  • Certaines maladies virales (herpès).
  • Erythème polymorphe.
  • Epidermolyse bulleuse.
  • Dans le pemphigus, elle occupe toute l’épaisseur du derme. Cette maladie de cause mal connue et rare, sans doute auto-immune (c’est-à-dire que le malade fabrique des anticorps contre ses propres cellules), se caractérise par des bulles se rompant et laissant place à des plaies douloureuses.
  • Le syndrome de Lyell mérite une mention particulière, car il traduit une infection dermatologique grave se caractérisant par un décollement de tout l’épiderme. Il est dû :
  • *à la prise de certains médicaments : anti-inflammatoires, antiépileptiques, antibiotiques.
  • *à une infection bactérienne (staphylocoque).

4. Elle peut contenir des éléments sanguins, coagulés ou non (phlyctène hématique).
5. Typologie des cas possibles :

  • Si l’épiderme reste décollé jusqu’à ce qu’un nouveau se forme, il est possible de protéger dans ce cas la phlyctène à l’aide d’un pansement hydrocolloïde.
  • S’il n’y a pas eu rupture de l’épiderme et que la phlyctène est volumineuse et douloureuse, on peut percer la bulle à l’aide d’une aiguille désinfectée, sans toucher l’épiderme. On applique ensuite un antiseptique dépourvu d’alcool, on sèche et on applique un pansement hydrocolloïde.
  • S’il y a rupture de l’épiderme, il faut désinfecter comme mentionné en cas de non rupture et consulter un médecin : en effet, dans la plupart des cas, il est préférable de retirer tout l’épiderme décollé.

6. Le terme « phlyctène » se rapporte à la fois à la vésicule et à la bulle. Cependant, il est employé le plus souvent pour désigner la bulle.
7. Termes utilisés dans certains contextes : cloque n. f. (langue courante), ampoule n. f. (langue courante).

S : 1. DAF – https://urlz.fr/8am5 (consulté le 10.11.2018). 2. DAM – https://urlz.fr/8am6 (consulté le 8.11.2018). 3. GDT – https://urlz.fr/8am8 (consulté le 8.11.2018) ; VULG – https://urlz.fr/8amd (consulté le 8.11.2018). 4 et 5. DrDP – https://urlz.fr/8amg (consulté le 8.11.2018). 6. TERMIUM PLUS – https://urlz.fr/89zK (consulté le 10.11.2018). 7. GDT – https://urlz.fr/8am8 (consulté le 10.11.2018).

SYN : bulle ( en fonction du contexte)

S : DAM – https://urlz.fr/8am6 (consulté le 10.11.2018)

RC : kyste, lésion.