micropsie
1046 Visualisations

CG : nf

S : DFRS – http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/054000299.pdf (p. 44) (consulté le 4.11.2016) ; INSERM – http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/200/?sequence=8 (consulté le 9.11.2016).

N : 1. Terme tiré du grec mikro qui signifie « petit » et opsis qui signifie « vue ».
2. Déformation, à type dominant d’illusion, de la perception visuelle des objets et des personnes, qui les fait paraître plus petits.
3. À ne pas confondre avec son antonyme macropsie, qui est un phénomène subjectif selon lequel les objets apparaissent plus grands qu’ils ne le sont en réalité.
4. Cette forme de métamorphopsie peut coïncider avec une perception d’éloignement. Elle concerne tout ou partie du champ visuel, des objets mobiles et colorés, et de plus, ces phénomènes, dits aussi hallucinations lilliputiennes, concernent des personnages ou des scènes minuscules.
5. Il est très récurrent de parler de « syndrome d’Alice au Pays des Merveilles » pour faire réference à une personne atteinte de micropsie. Ce syndrome regroupe plusieurs maladies, tels que la micropsie, la macropsie, la téléopsie et la pélopsie. Il faut par conséquent faire attention, car il ne désigne pas seulement la micropsie.
6. On trouve différentes sortes de micropsie:

  • La micropsie accomodative, qui est due à des troubles de l’accommodation; en général, l’effort d’accommodation est supérieur à ce qui est ordinairement nécessaire.
  • Il existe aussi la micropsie rétinienne, qui est une pathologie visuelle due à une lésion de la rétine tel un décollement, une tumeur ou une inflammation. Les photorécepteurs ont tendance à se séparer les uns des autres dans la région de la rétine qui est affectée.
  • Et enfin, il se peut que certaines personnes soit atteintes de micropsie d’origine psychologique, notamment les personnes souffrant d’anoréxie. Cependant, cette pathologie reste très rare.

7. Interrelation culturelle :

  • Comme Lewis Carroll avait été victime de migraines avec des symptômes similaires à la micropsie, John Todd formula l’hypothèse qu’il s’était servi de ses propres expériences migraineuses comme source d’inspiration pour son célèbre roman d‘Alice au Pays des Merveilles de 1865. C’est pour cette même raison que Todd utilisa le terme « symptome d’Alice au Pays des Merveilles », en faisant réference au roman.
  • Le terme « hallucination lilliputienne » provient du roman « Les voyages de Gulliver », écrit par le britannique Jonathan Swift en 1721. Le t erme « lilliputien » fut emprunté au roman car il désigne des êtres ou des objets définis, avec des dimensions relativement exiguës, tout en conservant leurs proportions relatives. De tels troubles psycho sensoriels ont le rapport le plus étroit avec la micropsie. Mais tandis que celle-ci est très connue et a donné lieu à d’intéressants travaux, surtout chez les paralytiques généraux, les épileptiques, les hystériques, sa variété hallucinatoire semble avoir passé presque inaperçue.

S : 1 et 2. DAM – http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=micropsie (consulté le 4.11.2016). 3 et 4. CNRTL – http://www.cnrtl.fr/definition/-opsie (consulté le 4.11.2016). 5. PW – http://www.bioline.org.br/pdf?rw15008 (p. 17) (consulté le 4.11.2016). 6. SA – https://goo.gl/sfbpl7 (consulté le 4.11.2016). 7. CNRTL – http://www.cnrtl.fr/definition/-opsie ; HF – https://goo.gl/1S4Apb (consulté le 9.11.2016).

SYN : micropie, hallucination lilliputienne.

S : DOCTISSIMO – http://dictionnaire.doctissimo.fr/definition-micropsie.htm (consulté le 4.11.2016) ; CiSMeF – http://www.chu-rouen.fr/page/detail/fr/SNO_NO_F-95360 (consulté le 4.11.2016).

RC : migraine