légionelle
160 Visualisations

CG : nf

S : CNRS – http://www2.cnrs.fr/presse/communique/450.htm (consulté le 11.12.2015) ; IRSST – (consulté le 11.12.2015) ; http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_du_CSHPF_de_novembre_2001_relatif_a_la_gestion_du_risque_lie_aux_legionelles.pdf (consulté le 11.12.2015).

N : 1. légionelle (nf) : Francisation du latin moderne legionella (années 80), bactérie aérobie responsable de la légionellose.
Terme formé du mot « légion » (XIIe siècle, de l’ancien français legiun ; emprunté du latin legio) + suffixe « -ella », qui en latin scientifique signifie « bactérie ».
Usage fréquent au pluriel.
2. Bactérie à Gram négatif présente dans l’environnement et dont plusieurs espèces causent des affections pulmonaires.
3. Les légionelles sont des bactéries pouvant être à l’origine d’une infection respiratoire appelée légionellose. Les principales sources d’exposition humaine connues à ces bactéries sont d’origine environnementale, notamment les réseaux d’eau chaude sanitaire ou les tours aéro-réfrigérantes humides. Dans un objectif de réduction des cas de légionellose l’Agence a réalisé depuis plus d’une dizaine d’années divers travaux d’expertise concernant les risques sanitaires liés aux proliférations de Legionella dans l’eau notamment dans les circuits de refroidissement des tours aéroréfrigérantes des centrales nucléaires de production d’électricité et plus récemment concernant les méthodes de détection et de dénombrement de ces bactéries dans l’eau.
4. Principales caractéristiques :

  1. Les légionelles sont des bactéries d’origine hydrotellurique.
  2. Les légionelles sont des bacilles à Gram négatif (faiblement colorés), non sporulés, non acidorésistants, non capsulés, de 0,3 à 0,9 µm de large sur 2 à 20 µm de long.
  3. Dans l’eau sous 20°C, Legionella ne se multiplie pas, mais peut très bien survivre. Elle prolifère entre 20°C et 45°C avec un pic autour de 37°C.

5. Legionella : Genre de bacilles à Gram négatif aérobies, appartenant à la famille des Legionellaceae et provenant de milieux aquatiques : eaux potables, eaux chaudes, systèmes de climatisation, humidificateurs d’air, boues.
On en distingue près de 40 espèces, pour moitié pathogènes pour l’Homme, en particulier Legionella pneumophila, agent de la légionellose.
Certaines espèces seraient capables de survivre et de proliférer dans des amibes libres. Les espèces pathogènes pour l’Homme sont surtout responsables de pneumopathies aigües, de bactériémies et d’endocardites, parfois d’origine nosocomiale, chez des patients immunodéprimés ou présentant des facteurs de risque: tabac, prise de toxiques, alcoolisme. Le diagnostic microbiologique repose sur l’isolement de la souche par hémoculture ou à partir d’autres prélèvements et sur les analyses sérologiques pour certaines espèces. Les Legionella sont sensibles aux macrolides, aux tétracyclines, aux fluoroquinolones, à la rifampicine.
6. Des pics de légionelles peuvent apparaître après traitement des réseaux d’eau. Cela s’explique notamment par le fait que ces bactéries trouvent refuge dans des cellules plus grosses que sont les amibes. Ces dernières sont résistantes aux traitements bactéricides et relarguent les bactéries qui recolonisent les réseaux lorsque les conditions redeviennent favorables. Il est important de tenir compte de la concentration des amibes dans l’eau, pour gérer convenablement la contamination des réseaux.

S : 1. DHLF – https://goo.gl/3HV2xW (consulté le 11.12.2015) ; DAF (consulté le 11.12.2015); FCB. 2. GDT – http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=26501678 (consulté le 11.12.2015). 3. https://www.anses.fr/fr/content/l%C3%A9gionelles-et-l%C3%A9gionellose (consulté le 11.12.2015). 4. MICROBES-EDU – http://www.microbes-edu.org/professionel/Legionella/legion.html (consulté le 10.12.2015). 5. DAM – http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=Legionella (consulté le 11.12.2015). 6. HST – http://www.hst.fr/inrs-pub/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/HST_NT%2010/$File/NT10.pdf (consulté le 10.12.2015).

SYN :
S :

RC : bactérie, légionellose, pneumonie.