trouble obsessionnel compulsif
648 Visualisations

CG : nm

S : PSN – Volume 14. p. 76 – https://goo.gl/gfM0nk (consulté le 11.11.2016) ; FIGARO – http://sante.lefigaro.fr/sante/maladie/trouble-obsessionel-compulsif/quest-ce-que-cest (consulté le 11.11.2016).

N : 1. – trouble (nm) : Du latin turbula, « petite foule », de turba, « tourbe » (Wallon, trouf ; picard, troube, trouble), avec changement de genre. L’adjectif « trouble » remonte au latin populaire turbulus, d’après turbulentus. On le trouve d’abord sous la forme tourble, par exemple dans la Chanson de Roland.
– obsessionnel (adjm) : De l’adjectif « obsessionnel, elle ». XXe siècle. Dérivé d‘obsession.
PSYCHOPATHOL. Névrose obsessionnelle, qui se manifeste par des actes compulsifs et des troubles graves du comportement. Propreté obsessionnelle. Trouble obsessionnel compulsif (par abréviation et couramment, TOC).
– compulsif (adjm) : De l’adjectif « compulsif, ive » (du latin compulsum, supin de compellere, de cum, et pellere, dont pulsare est le fréquentatif.
Si en français le mot « obsession » (du latin obsidere, assiéger) apparaît dès 1590 au sens religieux (état de celui qu’un démon assiège, obsède. Robert), et dès 1799 au sens psychologique, il ne devient qualificatif d’une névrose spécifique qu’après que Freud ait isolée celle-ci en 1894-95 : « … j’ai trouvé raison de placer la névrose des obsessions (Zwangneurose) comme affection autonome et indépendante hien que la plupart des auteurs rangent les obsessions parmi les syndromes constituant la dégénérescence mentale et la neurasthénie. »
2.Trouble anxieux caractérisé par des pensées, impulsions ou représentations récurrentes (obsessions) et des actes mentaux ou des actions répétitives (compulsions) que le sujet se sent poussé à accomplir afin de neutraliser son sentiment de détresse ou d’empêcher un événement redouté.
3. Les quatre types les plus fréquents de symptômes de TOC sont :

  1. L’obsession de doute où la personne craint souvent d’avoir fait ou omis de faire quelque chose qui pourrait avoir des conséquences néfastes (oublier de fermer le rond de la cuisinière, avoir mal verrouillé la porte de la maison, avoir oublié une carte de crédit après l’avoir utilisée ou l’avoir perdue sans s’en rendre compte) et la compulsion de devoir revérifier plusieurs fois de suite si l’action en question a bien été faite ou omise (retourner plusieurs fois à la maison pour vérifier la cuisinière ou la porte de la maison, vérifier son portefeuille et compter ses cartes).
  2. L’obsession sans compulsion associée de pensée répétitive, où la personne est envahie d’une pensée souvent de nature violente ou sexuelle qui va à l’encontre du désir de la personne, mais qu’elle craint agir bien malgré elle, par exemple, la peur de poignarder son enfant ou d’agresser sexuellement quelqu’un.
  3. La compulsion sans obsession associée de symétrie ou de précision, où la personne doit placer certains objets d’une certaine façon ou faire certaines choses avec une telle précision qu’elle peut y passer plusieurs heures par jour, parfois pour des choses aussi simples que se raser ou s’habiller.
  4. L’obsession de se contaminer au contact d’un objet et la compulsion de se laver ou d’éviter les situations où l’objet se trouve, par exemple, éviter de serrer la main de quelqu’un qu’on rencontre.

4. Malgré la similitude des appellations, on doit distinguer le terme « trouble obsessionnel-compulsif » du terme « personnalité obsessionnelle-compulsive » qui désigne un trouble de la personnalité caractérisé principalement par une préoccupation démesurée de l’ordre, le perfectionnisme, le contrôle mental et interpersonnel, aux dépens de la souplesse, de l’ouverture et de l’efficacité.
5. À la suite d’une nouvelle classification des maladies mentales de l‘American Psychiatric Association, les termes anglais obsessional neurosis, compulsion neurosis et obsessive-compulsive neurosis ainsi que le terme français névrose obsessionnelle sont maintenant remplacés par les termes obsessive-compulsive disorder et « trouble obsessionnel-compulsif ».
6. Il est très comun de trouver ce terme sous l’abréviation TOC. Il est tout à fait correct d’employer cette forme à l’écrit mais aussi à l’oral.
7. Interrelation culturelle : Nous pouvons mentionner le roman TOC (2006) de Nathalie Ours.

S : 1. http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/francais-aime/Mini-sites/%E9tymologie.htm (consulté le 19.11.2016) ; DAF (consulté le 19.11.2016) ; LITTRÉ – http://www.littre.org/definition/compulsif (consulté le 19.11.2016) ; DictTP – http://psydoc-fr.broca.inserm.fr/Encyclopedie/Obsessionnelle_Nevr.html (consulté le 11.11.2016). 2. GDT – https://goo.gl/TNbgll (consulté le 11.11.2016). 3. MSSS – https://goo.gl/U2G2y4 (consulté le 11.11.2016). 4 à 6. GDT – https://goo.gl/TNbgll (consulté le 11.11.2016). 7. http://www.babelio.com/livres/Ours-TOC/201108 (consulté le 19.11.2016).

SYN : névrose obsessionnelle (désuet)

S : GDT – https://goo.gl/TNbgll (consulté le 11.11.2016)

RC : syndrome de Diogène, trouble.