race
701 Visualisations

CG : nf

S : http://europa.eu/pol/hum/index_fr.htm (consulté le 28.01.2016) ; UNESCO – http://www.unesco.org/bpi/pdf/courier042008_levy_strauss_race_culture.pdf (consulté le 28.01.2016).

N : 1. XVe siècle, rasse. Emprunté de l’italien razza, de même sens, lui-même probablement issu, par aphérèse, du latin generatio, « génération, reproduction ».
2. En parlant des êtres humains. Chacun des grands groupes entre lesquels on répartit superficiellement l’espèce humaine d’après les caractères physiques distinctifs qui se sont maintenus ou sont apparus chez les uns et les autres, du fait de leur isolement géographique pendant des périodes prolongées. Un homme de race noire, de race blanche, de race jaune. Le mélange, le métissage des races. S’emploie, abusivement, dans le sens d‘Ethnie.
3. Regroupement d’êtres humains, qui se distingueraient par des traits physiques communs héréditaires, généralement la couleur de leur peau, sans aucun égard à leur langue, à leur culture ou à leur pays d’origine.
4. Utilisé dès le XVIe siècle, le terme race désigne alors l’ensemble des membres (ascendants et descendants) d’une même famille, ou d’un même peuple. Appliqué dans le domaine zoologique, il sert à classer les variétés d’animaux, qui ont des traits communs héréditaires, comme les chiens ou les chevaux (d’où par exemple l’expression chien de race). Au XVIIIe siècle, la notion s’étend aux êtres humains. On tente alors un « découpage » de l’espèce humaine en races distinctes et selon une hiérarchie. Cette conception raciste du monde prend son essor au XIXe siècle, avec l’étude de la variété des races humaines, liée, entre autres, aux progrès de la science et à l’idéologie de la supériorité de la « race » blanche. Cet héritage intellectuel verra son apogée dans la doctrine nazie du XXe siècle.
Les atrocités commises lors de la Deuxième Guerre mondiale ont forcé à une prise de conscience sur cette notion de « race », non fondée scientifiquement, et qui a servi d’assise au racisme et à ses pratiques. Elle a donc progressivement été abandonnée au profit de l’idée d’un être humain universel. La déclaration de l’UNESCO datée du 20 juillet 1950 a d’ailleurs conclu que « l’humanité est une et que tous les hommes appartiennent à la même espèce ».
5. On parlerait par exemple de race blanche, noire ou jaune, mais ces appellations sont péjoratives.
6. Cooccurrences :

  • (espèce) abâtardie, ancienne, forte, mélangée, mêlée, menacée, métissée, nouvelle, prolifique, protégée, pure, robuste, saine, superbe, vieille.
  • abâtardir, améliorer, interdire, (chercher à) obtenir, supprimer une race ; (re)croiser des races ; appartenir à une race ; avoir de la race. Une race disparaît, naît, s’éteint, voit le jour.

7. Interrelation culturelle : Nous pouvons mentionner, entre autres, Essai sur l’inégalité des races humaines (1853), d’Arthur de Gobineau (1816-1882) ; Race et histoire (1952), de Claude Lévi-Strauss (1908-2009).

S : 1 et 2. DAF (consulté le 28.01.2016). 3 à 5. GDT – http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8355169 (consulté le 28.01.2016). 6. DC – http://goo.gl/SFi7Fg (consulté le 28.01.2016). 7. DAF (consulté le 28.01.2016) ; http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-arthur-de-gobineau/ (consulté le 28.01.2016) ; http://www.bacfrancais.com/bac_francais/resume-race-et-histoire-levi-strauss.php (consulté le 28.01.2016).

SYN : racial background

S : COSNAUTAS/LIBRO ROJO (last access: 23 October 2016)

RC : discrimination raciale, esclavage, esclave, ethnie, racisme, ségrégation raciale.