rébellion
197 Visualisations

CG : nf

S: JAF – https://urlz.fr/8hRL (consulté le 29.11.2018) ; Libé – https://urlz.fr/8l74 (consulté le 29.11.2018).

N: 1. I. Ca 1250 (ms. fin XIIIe siècle). Lille « action de se révolter contre une autorité » apierte rebellion (ds Statuts d’hôtels-Dieu, éd. L. Le Grand, Paris, 1901, p. 89); spéc. 1664 dr. pénal faire rébellion (Molière, Tartuffe, V, 4) ; II. 1326 « ensemble de rebelles » abattre la rebellïon (Vie de St Grégoire, 1348 ds T.-L.) ; 3. 1370-72 fig. « refus de se soumettre » (Oresme, Ethiques, I, 21, éd. A. D. Menut, p. 144, note 7 : en celui qui est fort, yre, couardie, hardiesce ne font nulle rebellion contre raison). Emprunté au latin rebellio « reprise des hostilités; révolte ».
2. Action de se rebeller, de se révolter contre l’autorité de l’État, contre le pouvoir ou l’ordre établi. Synon. insurrection, sédition, soulèvement. Entrer en rébellion.
P. méton. Ensemble des rebelles armés.
DR. PÉNAL. « Fait de s’opposer à l’exécution des lois ou autres actes ou ordres de l’autorité publique au moyen de violences et voies de fait exercées contre ceux qui ont officiellement charge de procéder à cette exécution » (Cap. 1936). Faire rébellion.
Action de se révolter contre quelque chose. Synon. désobéissance, insubordination; anton. soumission. Faire acte de rébellion.
3. La rébellion a pour origine un sentiment d’indignation et de réprobation face à une situation. Elle se manifeste par le refus actif de se soumettre ou d’obéir à une autorité. Individuelle ou collective, organisée ou non, elle peut prendre de nombreuses formes :

  • non respect des normes sociales,
  • désobéissance,
  • insoumission,
  • insubordination,
  • tollés,
  • émeutes,
  • mutineries,
  • tentatives d’insurrection, etc.

4. En droit, une rébellion est un acte qui consiste à s’opposer par la force ou par voie de fait à l’exécution d’un ordre de l’autorité administrative ou de l’autorité judiciaire légitimes. Elle est définie par l’article 433-6 du Code pénal :
« Constitue une rébellion le fait d’opposer une résistance violente à une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public agissant, dans l’exercice de ses fonctions, pour l’exécution des lois, des ordres de l’autorité publique, des décisions ou mandats de justice. »
5. Les mots « rébellion » et « révolte » ont un sens assez proche. Le premier a un usage plus soutenu et est dirigé contre une autorité. Le Dictionnaire universel des synonymes de la langue française (1839) fait la distinction suivante :
« Rébellion marque la désobéissance et le soulèvement ; révolte, la défection et la perfidie. Le rebelle s’élève contre l’autorité qui le presse ; le révolté s’est tourné contre la société à laquelle il était voué. La rébellion a un motif apparent, la contrainte exercée par l’autorité ; il n’y a pas de motif apparent dans la révolte, effet d’une inconstance effrénée. L’objet du rebelle est de se soustraire ou d’échapper à la puissance ; l’objet du révolté est de renverser et de détruire la puissance et les lois qu’il a reconnues. La rébellion fait la résistance ; la révolte fait une révolution. La rébellion secoue le joug, la révolte le brise ».
6. Cooccurrences :

  • Substantif + adjectif et vice versa : farouche, ouverte, sourde.
  • Verbe + substantif : attiser, dompter, endiguer, étouffer, fomenter, lancer, maîtriser, mater, réprimer une rébellion ; souffler la rébellion ; entrer en rébellion.

7. Interrelation culturelle : Nous pouvons mentionner le livre La rébellion française Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789) écrit par Jean Nicolas en 2008.

S: 1 et 2. CNRTL – https://urlz.fr/8m6Z (consulté le 2.12.2018). 3 à 5. TOUPIE – https://urlz.fr/8m75 (consulté le 2.12.2018). 6. DC – https://urlz.fr/8m7r (consulté le 2.12.2018). 7. GALLIM – https://urlz.fr/8m7R (consulté le 2.12.2018).

SIN:
S:

RC: sédition