bioterrorisme
543 Visualisations

CG : nm

S : OMS – http://www.who.int/whr/2007/overview/fr/index5.html (consulté le 4.11.2014) ; CNRS – http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1860.htm (consulté le 18.12.2015).

N : 1. Composé de l’élément de composition « bio- » (du grec bios, « vie ») servant à former de nombreux termes scientifiques et du mot « terrorisme » (1794, 14 nov. « pendant la Révolution, doctrine des partisans de la Terreur », Motion de Cadroy ds F. A. Aulard, Sté des Jacobins, t. 6, 1897, p. 678 ; dérivé de terreur d’après l’étymon latin ; suff. -isme).
2. Utilisation, ou menace d’utilisation à des fins terroristes, en l’absence de guerre déclarée, d’agents infectieux (virus, bactéries, champignons, parasites) ou de toxines pour provoquer une maladie ou la mort au sein d’une population humaine, animale ou végétale.
3. Les agents du bioterrorisme sont habituellement trouvés dans la nature mais ils peuvent avoir été modifiés pour accroître leur virulence, leur résistance aux thérapeutiques ou leur capacité à se propager dans l’environnement. Ces agents biologiques peuvent être répandus dans l’air, dans l’eau ou dans les aliments, ou disséminés par des arthropodes vecteurs. La voie respiratoire est le mode de contamination privilégié. Les terroristes peuvent recourir à des agents très difficiles à détecter et ayant un effet retardé. Certains de ces agents, comme le virus de la variole, peuvent être disséminés de personne à personne, tandis que cela est impossible pour d’autres comme la bactérie du charbon.
4. Lors des attaques bioterroristes, seul un petit nombre de personnes peut être atteint mais beaucoup d’autres sont effrayées et de ce fait, peuvent changer leur comportement.
5. En français, les mots composés avec l’élément bio- prennent un trait d’union seulement dans les cas où la soudure met en présence deux lettres (les voyelles o et i ou o et u par exemple) dont l’accolement risque de causer des difficultés de prononciation ou de lecture.
6. Interrelation culturelle : Nous pouvons mentionner le livre Bioterrorisme (2003) de François Bricaire et Philippe Bossi.

S : 1. DAF (consulté le 4.11.2014) ; CNRTL (consulté le 4.11.2014). 2 à 4. DAM (consulté le 4.11.2014). 5. GDT (consulté le 4.11.2014). 6. (consulta: 27.04.2016). 6. http://www.elsevier-masson.fr/bioterrorisme-9782842993870.html (consulté le 27.04.2016).

SYN :
S :

RC : arme biologique, arme chimique, botulisme, charbon, fièvre hémorragique, tularémie, variole.