amnésie
781 Visualisations

CG : nf

S : http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=996110 (consulté le 2.07.2016) ; http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/dico/d/medecine-amnesie-2960/ (consulté le 2.07.2016).

N : 1. XVIIIe siècle. Emprunté, par l’intermédiaire du latin médiéval, du grec amnêsia, « oubli ».
PATHOL. Perte partielle ou totale, définitive ou temporaire, de la mémoire. Être frappé d’amnésie.
Deux adjectifs : amnésique (qui concerne l’amnésie) ; amnestique (qui fait perdre la mémoire).
2. Perte totale ou partielle de la mémoire épisodique.
3. Une amnésie peut être permanente ou transitoire (ictus amnésique). Elle est globale lorsqu’elle concerne tous les secteurs mnésiques, dissociée quand elle prédomine ou porte de façon exclusive sur certains.
4. L’amnésie de fixation est caractérisée par l’oubli rapide des faits récents, une désorientation temporelle et souvent spatiale. Lorsqu’un événement précis marque le début des troubles de la mémoire (comme un accident ou une maladie métabolique), on appelle amnésie antérograde l’oubli à mesure des faits qui suivent cette date, et amnésie rétrograde l’oubli de ceux qui l’ont précédée. Par extension, on tend à utiliser le terme d’amnésie antérograde pour décrire toute amnésie des faits récents, et de rétrograde pour celle des faits passés.
5. L’amnésie est dite lacunaire quand elle concerne un intervalle de temps défini, au-delà et en deçà duquel les souvenirs sont normaux.
6. Est appelée psychogénique une altération mnésique fonctionnelle, secondaire à un traumatisme psycho-affectif.
7. Les atteintes de la mémoire peuvent porter sur la structure cérébrale (atteintes anatomiques) ou faire suite à une désorganisation de l’accès à l’évocation des souvenirs (atteintes logicielles). Les pertes de mémoire peuvent être rétrogrades, définitives ou transitoires, allant du simple «trou de mémoire» à une amnésie de quelques semaines. Elles peuvent s’accompagner de fabulations ce qui peut poser des problèmes médicolégaux.
8. Toute période d’hypoxie cérébrale grave (inhalation de mélanges sans oxygène, intoxication oxycarbonée ou cyanhydrique, arrêt cardiaque, etc.) interrompt la fixation de la mémoire et laisse des séquelles d’amnésie antérograde, d’autant plus longue que la durée et la gravité de l’hypoxie ont été plus grandes. Une oxygénothérapie hyperbare précoce peut réduire de façon substantielle ces troubles.
9. Les produits anesthésiques, surtout les benzodiazépines, induisent au réveil une amnésie antérograde d’assez courte durée. Certains produits toxiques (sels de plomb, de manganèse, de mercure, etc.) produisent des amnésies, certaines «en plages» (disulfure de carbone). Au contraire l’hypertension intracrânienne bénigne (sans hydrocéphalie et avec un liquide céphalorachidien normal) entraîne souvent un déficit intellectuel persistant. L’amnésie rétrograde est de règle chez le pendu qui a pu être réanimé : il n’a pas souvenir de son geste.
10. Combinaisons ou colocations :

  • nom + adjectif : amnésie de fixation (antérograde), amnésie de conservation (rétrograde), amnésie d’évocation.
  • verbe + nom : souffrir de.
  • nom + adjectif : antérograde, anté-rétrograde, générale, graphocinétique, hystérique, immunitaire, lacunaire, localisée, logophonique, logosémiotique, mimocinétique, neurologique(s), parcellaire, photocinétique, rétro-antérograde, rétrograde, systèmatique.
  • Segment récurrent : être frappé d’amnésie.

S : 1. DAF (consulté le 2.07.2016). 2 à 9. DAM – http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=amn%C3%A9sie (consulté le 2.07.2016). 10. DDTM p. 34 et 35; LPR (2012) p. 83; LRCI p.36 ; http://www.tonitraduction.net/ (consulté le 2.07.2016).

SYN :
S :

RC : amnésie antérograde, amnésie rétrograde, maladie d’Alzheimer, mémoire, mnémotechnique, somnambulisme.